PME : 3 conseils pour une meilleure fiscalité

Domaine inhérent à toute entreprise, la fiscalité n’est pas toujours facile à gérer pour les entreprises. En réalité, les différentes cotisations et taxes prélevées sont généralement lourdes à supporter. Cependant, certaines astuces permettent aux entreprises, et plus particulièrement aux PME, d’optimiser leur fiscalité. Passons en revue les quelques méthodes à privilégier pour une meilleure gestion fiscale.

Utilisez les services d’une fiduciaire pour votre entreprise

Si vous êtes une PME et que vous souhaitez optimiser votre fiscalité, la première option est de faire appel à un syndic. En effet, ces cabinets ont vocation à accompagner les entreprises dans leur gestion comptable, fiscale et administrative. De plus, l’utilité des syndics est encore plus importante si vous êtes dans un pays où les impôts sont élevés.

En Belgique, par exemple, les entreprises sont régulièrement confrontées à des modifications de la législation fiscale. Pour y faire face sereinement, vous pouvez vous tourner vers un syndic agréé ITAA à Charleroi qui propose aux entreprises un accompagnement fiscal sur-mesure. Ce prestataire guidera l’entrepreneur dans la gestion des différentes déclarations fiscales. Le syndic vous aidera à configurer les avantages dont votre PME peut bénéficier.

Optimisez la déduction de vos dépenses courantes

La deuxième façon d’avoir une fiscalité avantageuse est d’améliorer la déduction de vos charges fixes. Pour ce faire, gardez à l’esprit que la plupart des dépenses engagées au profit de l’entreprise peuvent être déductibles. Les dépenses personnelles comme les maisons de vacances, par exemple, sont bien sûr exclues. En déduisant certaines charges courantes de vos résultats, vous pouvez optimiser votre fiscalité.

Généralement, les dépenses déductibles sont le loyer de vos locaux, les frais de représentation et de documentation et les frais informatiques. De même, les rémunérations des salariés et dirigeants de l’entreprise, les déplacements professionnels et l’engagement de prestataires de services sont généralement déductibles. Bien entendu, la liste n’est pas exhaustive et la déduction de nombreux autres éléments vous permettra d’avoir une meilleure fiscalité. Dans ce registre, n’hésitez pas à solliciter l’expérience de votre comptable pour une bonne orientation. Dans la plupart des pays, le législateur définit explicitement les modalités de prise en compte de ces charges.

Augmenter la déduction des frais financiers

En dehors des dépenses courantes, vous avez la possibilité de faire des déductions sur vos charges financières. Très apprécié des grandes entreprises, ce mécanisme réduit leur assiette fiscale. Cela est notamment possible en déduisant les intérêts perçus sur les prêts contractés par votre PME. Il peut s’agir d’une dette auprès d’une entreprise collaboratrice ou d’un prêt en vue de réaliser des investissements. Il faut savoir que le mécanisme de déduction des charges financières est assez simple.

Vous devez au préalable constituer une société holding ou passer par une telle structure. Vous devrez notamment contracter une dette pour l’achat de titres de société, par exemple. Les intérêts résultant de ce prêt seront déduits de votre assiette fiscale.

De plus, les dividendes seront exonérés d’impôts, afin de permettre le remboursement de la dette contractée. Cette situation déficitaire peut alors être optimisée grâce au dispositif de consolidation budgétaire. Là encore, la réussite de ces conseils nécessite la connaissance de votre conseiller financier.

Articles Liés

Les derniers articles